VRAIMENT SUPER

Chaque semaine, des recommandations sur quoi regarder, écouter, lire et faire de vraiment super.

image_author_Victoire_Tuaillon
Par Victoire Tuaillon
7 articles
17 nov. · 8 mn à lire
Partager cet article :

A toi qui m’aimes, manifester à la préhistoire du futur avec des sardines et du tarama, c’est...

Vraiment Super ⛲ 💚 🎸 💚 🪞 💚 👊

Salut, vous qui me lisez ! 

Comme d’habitude je vous recommande ce qui m’enthousiasme sans réserve, et cette semaine...

La Préhistoire du Futur, de Benjamin Abitan

J’explose de rire à chaque épisode. Je les ai réécoutés plusieurs fois tellement je les trouve bien faits, malins, brillamment écrits, tous les cinq. Pas besoin d’avoir écouté les quatre saisons précédentes pour comprendre celle-ci. La situation d’énonciation reste la même : dans un futur très lointain, nos descendant·es racontent notre histoire, en commençant par :

Il y a bien longtemps, en 2022…

… et hop, à chaque épisode une nouvelle mini-fiction perchée.

Dans l'épisode 3, le choeur raconte par exemple comment les enfants sont presque entièrement élevés par Alexa et d’autres machines connectées (leurs parents étant trop occupés à travailler dans le metaverse). Devenus collégiens, ceux-ci se révoltent et envahissent les rues en criant des slogans créés aléatoirement par des algorithmes nourris de punchlines de rap et de culture internet (“Bats les couilles l’Himalaya!”

Ou, dans l’épisode 5, comment de la publicité finit par nous être directement implantée dans le cerveau via la 7G (“Chéri, t’as pas fait des recherches sur des poupées gonflables de princesses Disney, par hasard? Bah la prochaine fois, fais-le sur ton compte personnel”). 

Ou comment des intelligences artificielles génèrent des univers parallèles à partir de mots-clefs (“Vous avez choisi les paramètres Antarctique / armes chimiques / pop coréenne / et : pizza à volonté”

Cette combinaison de satire, d’absurde, d’ironie politique, et de science-fiction gavée de références à d’autres oeuvres populaires (Star trek) ou savantes (tragédies antiques), est signée Benjamin Abitan. C’est de la vraie fiction audio = écrite pour le son (contrairement aux trop nombreuses fictions audio qui ressemblent un mauvais film dont on a coupé l’image (exemple ici, horrible)). Si vous lisiez simplement le texte de la Préhistoire du Futur, ça ne vous ferait pas autant rire ; c'est les intonations, les effets de montage et de juxtaposition de différents registres (reportage télé, texte de théâtre, dialogues réalistes…) qui sont hilarants.

Je l’ai beaucoup conseillé autour de moi ces derniers jours, et les retours contrastent : il y a celleux qui adorent direct et celleux qui ne voient pas l’intérêt (“ça va trop vite”). Donc je préconise d’écouter le premier de la saison 5, casque aux oreilles, attentivement, sans rien faire d’autre que regarder le plafond.

Allez “namasté, les pousses de soja !”

Ecouter La Préhistoire du futur, de Benjamin Abitan, 5 épisodes x 10 minutes (France Culture)


🎸 Lettre à toi qui m'aimes, de Julia Thévenot

Pénélope et Yliès, 17 ans, jouent dans le même groupe de rock au lycée. Rencontre éblouissante, références communes, même passion pour la musique : tout pour former un couple. Au début, c’est trouble. Et puis non : très vite, il est clair pour Pénélope qu’elle n’en a pas envie. Sauf qu’Yliès, lui, se transit. 

Pendant des mois il lui envoie des petits sms et des regards plein d’espoir, qui ankylosent la relation et finissent par niquer les répèt. Yliès se prend pour Roméo, mais y'a pas de Juliette.

Pénélope écrit donc cette Lettre à toi qui m'aimes, pleine de panache et de style — extrait : 

Ce court roman destiné aux ados (132 pages) peut aussi bien être lu par des adultes. Avec le Gredin, on l’a dévoré, et je compte bien l'offrir à tous les jeunes gens de ma connaissance (succès déjà, avec ma nièce, CR, 17 ans, qui l’a séché en une nuit).

Comprendre qu’aussi charmantes et inventives soient nos attentions, elles n’auront jamais le pouvoir de rendre l’autre amoureux : douloureuse et nécessaire éducation sentimentale. Des chansons de désir non-réciproque il en existe beaucoup, des histoires d’amours contrariées et tromperies sophistiquées, aussi. Mais rarement détaillé est le point de vue de la personne gênée par les élans d’un·e prétendant·e éconduit·e. Pour refroidir un lien embarrassant, le choix se réduit souvent à garder le silence, prendre de la distance, être brutal·e ; heureusement qu'il existe aussi la “Lettre à toi qui m’aimes.” 

🎸 Lire Lettre à toi qui m'aimes, de Julia Thévenot (éditions Sarbacane), 2021


🪞Avec Mudith Monroevitz & Le Temps des Sardines

Parce j’ai ri autant devant l’une que l’autre, qu’elles sont chacune vraiment super et ne restent pas si longtemps à l’affiche, je vous recommande DEUX spectacles dans la même lettre cette semaine. A mon avis, dans le genre artiste drôle, intelligente et moderne seule sur scène en ce moment à Paris, y’a pas mieux !

A part ces points communs (quand même très importants), chacun des spectacles diffère dans le style, le type d’humour et le sujet.

Mudith Monroevitz, la “réincarnation ashkénaze de Marilyn Monroe” démarre par un date avec un acteur mi-gougat mi-abruti (récompensé d’un “césar du meilleur second rôle sur une étagère”). S’ensuit une nuit d’introspection joliment écrite, chantée et dansée, vers une libération jubilatoire. La critique parle de son autrice-interprète, Judith Margolin, comme d'une “tornade d’humour et de glamour”  avec un “bagout d’amazone des temps modernes” : je suis d’accord. Mention spéciale pour l’inoubliable “samba des fromages.” 

Le Temps des Sardines de Klaire Fait Grr, c’est “comme de la poésie, sauf qu’on comprend tout”. 14 chansons “pas chantées”, accompagnées au piano, pour un spectacle inclassable, follement original, entre poésie, concert et stand-up. Klaire prie “Sainte-Marie des Ascenseurs” pour éviter ses voisins, se passionne pour les coquillettes et m’a fait bien pleurer. Klaire nous régale depuis des années de son talent prolifique (chroniques, podcasts, émissions et textes : tout est bien !) ; elle continue sur scène de déployer son humour si singulier, loufoque et généreux.

Sortez rigoler avec l’une, ou l’autre, ou les deux : je vous promets des soirées formidables en compagnie de votre date, famille ou BFF (mais PAS vos enfants). 

🪞Le Temps des Sardines, de Klaire Fait Grr, tous les jeudis à la Comédie des Trois Bornes, Paris 11

🪞 Mudith Monroevitz, de Judith Margolin, les lundis au Théâtre de la Pépinière, Paris 9


👊 A la manif Nous Toutes du samedi 19 novembre

Illustration : Nous ToutesIllustration : Nous Toutes

Comme chaque année fin novembre dans toute la France, nous manifesterons contre les violences sexistes et sexuelles, à l’appel du collectif Nous Toutes. Si vous êtes en état de le faire, voici ma recommandation : envoyez un mail d’invitation à toutes les personnes que vous avez envie de voir (même celles perdues de vue), et allez marcher en groupe ! C’est une super occasion de se retrouver.

Par exemple moi j’ai envoyé le message ci-dessous à toustes mes amies, et aussi à des personnes que je ne connais que de loin mais que j’aime bien ou que je n’ai pas vues depuis longtemps. Sentez vous libres de copier-coller-adapter à votre sauce :

"Ami·es, camarades,

Vous êtes féministes, un peu, beaucoup, passionnément. Allons donc ensemble manifester [tel jour, telle heure] !

Vous avez la flemme ? Vous n’avez jamais manifesté ? Vous voyez pas à quoi ça sert ? Ok, c'est vrai que les manifs n’ont pas vraiment d'efficacité politique immédiate. Mais ça permet quand même de signifier un certain rapport de force. De se compter. De saisir quelque chose de l'air du temps.

Et puis si on doute de l’intérêt collectif, on peut tout simplement aller manifester parce que ça nous fait du bien. Ça fait du bien de trouver un exutoire, même quelques heures, à toutes celles qu’on a passées à ravaler sa rage. Ça fait du bien de se rendre compte qu’on est pas toute seule. Ça fait du bien d’être entourée de personnes qui ont probablement subi les mêmes violences que nous. Ça fait du bien de crier et de prendre de la place dans la rue. Ca fait du bien se sentir faire partie d’un grand mouvement qui a commencé des siècles avant notre naissance. Ça fait du bien de sortir sa colère et sa détresse face à un monde aussi injuste, alors que tout pourrait être différent. Ça fait du bien de chanter. Et puis comme on est pas autant entourées de CRS que dans d'autres manifs, y’a pas pas trop de risque de se prendre des lacrymo ni des coups de matraque (donc bébés et enfants bienvenu·es !)

On peut chanter plein de slogans malins et en inventer (mes préférés : Je te crois ! / Justice pour toustes / Smash the Cis-tème / On te croit ! / Nous sommes fortes, nous sommes fières et féministes et radicales et en colère / Féminicides : Police Justice Etat complices / Il nous exploite il nous opprime il nous divise : à bas à bas l'hétéropatriarcat / Un violeur à l’intérieur, un complice à la justice / Y'en a assez assez assez de cette société qui ne respecte pas les femmes, les trans et les lesbiennes / Moi aussi Nous aussi Nous toutes : Stoppons les agresseurs...) … et surtout on peut chanter plein de chansons superbes — en vrac, j'ai rassemblé des adaptations de "L'hymne des femmes", "Résiste", "La vie en rose"...  je les ai regroupées dans ce document. N'hésitez pas à ajouter les vôtres !

Ca vous dit ? Retrouvons-nous [à telle heure et endroit] pour manger un sandwich, faire nos pancartes, inventer des slogans. Amenez votre pique-nique, et des cartons, marqueurs, peinture, scotch, ficelles si vous pouvez ; sinon pas grave, venez quand même, j’en aurai ! 

Il y a aussi plein de pancartes Nous Toutes à imprimer ici.

Ah et bien sûr j’amène de la peinture et des paillettes violettes pour le visage. Et s'il y a des musicien·nes qui ont envie de jouer et qu'on bosse un peu quelques chansons, faites signe ! 

Hâte de vous retrouver,

Bisous"

👊 Manifester contre les violences sexistes et sexuelles, partout en France avec Nous Toutes


photo et logo : Amandine Gilouxphoto et logo : Amandine Giloux

... et pour recevoir les prochains numéros de "Vraiment Super", abonnez-vous ici gratuitement !

Vous pouvez aussi me faire part de vos critiques, remarques et autres conseils d'amélioration à cette adresse : vraimentsuperNL@gmail.com

Cette lettre a été désignée par Amandine Giloux et éditée par Aude Walker, pour Kessel Media. Merci à elles !